Les leaders scientifiques mondiaux appellent à de meilleures politiques au sujet des légumineuses

21 April, 2016

La Conférence internationale en 2016 au sujet des légumineuses visant sur la santé, la nutrition et l'agriculture durable dans les zones arides a été lancée aujourd'hui

Le 18 Avril, 2016, à Rabath, Maroc - La Conférence internationale en 2016 au sujet des légumineuses visant sur la santé, la nutrition et l'agriculture durable dans les zones arides a eu lieu cette semaine à Marrakech, au Maroc, avec 350 participants venant de 35 pays, des décideurs de politiques, les organisations de recherches agricoles, les hommes de sciences, les agriculteurs, le secteur privé et les donateurs. Les légumineuses sont des légumes alimentaires hautement nutritifs. Le but de la conférence est d'améliorer la situation nutritionnelle de près de deux milliards de personnes dans des environnements durables dans le monde entier, et en particulier dans les pays en développement, où 800000 personnes n’ont pas d'accès à une nourriture suffisante pour répondre à leurs besoins nutritionnels de base. Cette population va devenir encore plus vulnérable avec les changements climatiques, les sécheresses et les chaleurs, en particulier dans les zones arides.

L’agenda de la conférence a tenu une discussion qui est la première de son genre de haut niveau, sur le renforcement des cadres politiques qui permettraient des recherches sur les légumineuses ciblées pour aboutir à la production de plus de nourriture avec moins d'intrants, ce qui conduit à une meilleure santé des sols.  

Michael Hage, le représentant de la FAO au Maroc a parlé au nom de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture. M. Hage a estimé que « les légumineuses vont jouer un rôle important dans la réalisation de l'objectif ‘Faim zéro’ d'ici 2030 en raison de leur densité nutritionnelle, l’accessibilité et l'impact positif sur le sol, ainsi que leur potentiel à l’adaptation au changement climatique en réduisant la dépendance aux engrais synthétiques qui sont utilisés pour introduire de l'azote artificiellement dans le sol. »

Des représentants de grandes organisations agricoles, y compris le Fonds international de développement agricole (FIDA), le Centre international de recherche agricole dans les zones arides (ICARDA), l'Institut National de la Recherche Agronomique (INRA - Maroc), l’ organisation des nations unies pour l'alimentation et l’agriculture (FAO), la Confédération mondiale des légumineuses (GPC), la Fondation OCP et le programme de recherche du CGIAR des grain-légumes ont discuté l'importance des légumineuses pour la nourriture mondiale, la sécurité nutritionnelle et la durabilité environnementale.
Les participants à la conférence ont abouti à un objectif déclaré conjointement par tous les participants. Cet objectif vise à travailler ensemble pour «renforcer l'investissement politique et financier au cours de l'intensification durable de la production de légumineuses pour répondre à la demande mondiale croissante.»

"Pendant presque quarante ans, la IFAD a travaillé en étroite collaboration avec l'ICARDA pour aider les agriculteurs pauvres des pays en développement à améliorer leur production et leur adaptation à un environnement en cours de changement. Périn Saint Ange, vice-président associé du Fonds international de développement agricole (FIDA), a dit : «Avec l'impact croissant du changement climatique sur l'agriculture dans le monde en développement, je pense que notre relation avec l'ICARDA doit s’approfondir davantage dans les années à venir».

 Les légumineuses, qui sont riches en protéines et constituent la bases de régimes de millions des gens, auraient besoin d'un environnement politique favorable pour relever les défis de la sécurité alimentaire et nutritionnelle actuels et éventuels, car une augmentation de 23% est estimée au cours des 15 prochaines années.

A partir de la population estimée en 2020 et 2030 et de la tendance de croissance de la consommation mondiale des 10 dernières années, la demande pour les légumineuses durant ces deux années passerait à 75,9 millions de tonnes en 2020, et 81,9 millions de tonnes en 2030, en comparaison avec le niveau actuel estimé d'un peu plus de 70 millions de tonnes. Les participants à la conférence ont conclu que «grâce à des politiques et des investissements améliorés dans les recherches menées sur les légumineuses et le transfert de technologie, l'écart mondiale croissant entre la demande et l'offre de légumineuses pourrait être comblé. »

Les participants ont également discuté de l'agriculture de subsistance dans les pays en développement par rapport à une approche axée sur le marché dans les pays développés, ainsi que les conditions climatiques et le niveau de développement des infrastructures, qui ont donné lieu à une grande variation des rendements entre les pays. Certains des principaux facteurs qui influencent le rendement sont les changements climatiques, les conditions du sol, les variétés et la disponibilité des semences, l'investissement dans la mécanisation, l'irrigation, la gestion des ravageurs et d'autres méthodes agricoles.

L’un des objectifs de la conférence est d'élargir les réseaux de recherche sur les légumineuses et de renforcer les connaissances des donateurs internationaux. Dr Mahmoud Solh, Directeur général de l'ICARDA, fut clair sur les possibilités, «Cette conférence vise à renforcer le dialogue Sud-Sud et Sud-Nord afin de renforcer la collaboration dans la recherche et le développement scientifique pour promouvoir la production et de la consommation des légumineuses dans les pays en développement. En particulier les jeunes scientifiques venus des pays connus pour leur croissance de légumineuses seront ciblés dans cette collaboration. De plus, nous voulons développer une meilleure image des légumineuses dans le monde entier comme résiliente au climat, riche en éléments nutritifs, et des cultures respectant l'environnement. » Solh, appelle les légumineuses comme « des cultures en faveur du climat», car ils contribuent considérablement à l'efficacité de la santé des sols et de l'utilisation de l'eau.

La Conférence fait partie des événements de l'Année internationale des Légumineuses aux Nations Unies coordonnés par la FAO dans le but de renforcer la sensibilisation du public aux avantages nutritionnels des légumineuses dans le cadre de la production alimentaire durable et la sécurité des aliments et la nutrition. Les principaux sujets tout au long de la semaine sont l'agriculture et les questions de l'industrie, y compris les exigences globales des légumineuses au marché et la gestion de leur productivité.

En outre, les questions liées au climat, y compris la santé des sols, gestion de l'environnement, et l'augmentation de la fixation d'azote, ainsi que la santé mondiale, la nutrition et les questions de genre sont fortement représentés. Enfin, les innovations en légumineuses génomiques, sélection et la gestion du stress biotiques et abiotiques sont mises en évidence. Les participants à la conférence coopéreront également à une visite de terrain pour voir des expériences de recherche sur les cultures de légumineuses à la Station de recherche Marchouch à ICARDA / INRA et sur les champs des agriculteurs.

Sous les auspices du Ministère de l'Agriculture et de la pêche maritime au Maroc, l'ICARDA organise la Conférence internationale sur les légumineuses en collaboration avec l'Institut National de la Recherche Agronomique (INRA – Maroc), Fondation OCP- Maroc, IFAD, le programme de recherche du CGIAR sur grain-légumes et la FAO.
###
L'événement peut être suivi en ligne en utilisant #TalkPulses et au www.icarda.org/pulses
Vous pouvez voir le programme complet de la conférence avec les biographies
Pour plus d'informations, vous êtes priés de contacter Andrea Gros au a.gros@cgiar.org